Le plat au four

Rien de plus simple que de préparer un « plat au four » ! C’était un plat de base des anciens de nos campagnes. Pendant qu’il cuisait tranquillement dans le four du fourneau, les ménagères campagnardes pouvaient vaquer à leurs multiples et lourdes occupations. Ma mère le préparait, mes grands-mères aussi. 

Quand ma petite femme me demandait ce qu’on allait mettre avec telle ou telle viande, je répondais invariablement : « Un plat au four ! » 

Un peu simpliste, d’accord, mais j’adore ! En prenant de l’âge, j’ai des goûts culinaires de plus en plus simples. 

Pour faire un plat au four, il faut un plat à four et des pommes de terre. 

On coupe les pommes de terre en tranches moyennement fines et on les place dans le plat, tout simplement. Personnellement, je glisse entre elles deux ou trois gousses d’ail que j’ai aussi émincées finement. Je sale, je poivre et je parsème de belles noisettes de matière grasse : beurre, saindoux, ou, mieux, graisse de canard ou d’oie. Par ailleurs, j’ai fait bouillir de l’eau que je verse sur le plat jusqu’à ce qu’elle atteigne entre la moitié et les trois-quarts des pommes de terre. (En math, ça doit faire dans les cinq huitièmes !) 

Je place dans le four à thermostat 7-8 pendant une heure ou plus, jusqu’à ce que la couche de pommes de terre du dessus soit légèrement grillotée. 

image110.jpg

Je m’en régale avec des tranches de magret de canard, avec de l’échine de porc, avec une côtelette ou une tranche de gigot d’agneau… 

Bon appétit ! 

 


Autres articles

4 commentaires

  1. SARAH dit :

    j’aime bien le faire des plats moderne

  2. JPEG dit :

    Bonjour, moi je suis comme l’auteur(trice) je me contente de plus en plus de chose simple. Et puis je suis stéphanois, j’adore le gratin dauphinois, la potée, le sar(r)asson, la salade verte, les rapées, les saucisses d’herbes, la soupe… des choses pas modernes !

  3. Canotte dit :

    Le meilleur plat au four, c’est celui que l’on fait cuire dans la « tombée » du four du boulanger, en même temps que le pâté aux pommes de la batteuse.
    Aujourd’hui j’habite dans le 47 en pleine campagne mais j’ai vécu à Saint-Etienne de 1960 à 1970 entre le quartier du Soleil et Monthieu exactement au quartier du Bardot dans la cité SNCF rue burdeau, mon père était cheminot. Nous allions chaque année en vacances à Beaulieu en Haute-Loire pendant 2 mois 1/2. J’apprécie particulièrement la cuisine des Monts du Forez.

  4. jojo dit :

    bonjour

    merci pour cette recette mais je cherche la recette du rébois, du pâté à la crème qui sont des spécialités de st-étienne et environs en avez-vous une
    merci

Répondre

www.ultrachouétos brett et ... |
chroniques de mes contes ... |
Les bestioles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | GROUPE INDUSTRIE 1
| Best of foot
| USlife